prostitué


prostitué

prostitué, ée [ prɔstitɥe ] n.
• 1596 n. f.; de prostituer
A ♦ PROSTITUÉE, n. f.
1Femme qui se livre à la prostitution, en se donnant à quiconque la paie. péripatéticienne, professionnelle; fam. catin, pétasse, pouffiasse, putain, pute, roulure; vx 1. cocotte, courtisane, pierreuse; arg. gagneuse (cf. Femme de mauvaise vie, fille de joie, fille publique) . Prostituée qui fait la retape, le tapin, le trottoir. tapineuse. Prostituée de bas étage, de luxe ( call-girl) . Prostituée qui travaille en voiture. amazone. « La prostituée est un bouc émissaire; l'homme se délivre sur elle de sa turpitude et il la renie » (Beauvoir). « Vous remarquerez qu'il y a toujours deux prostituées en attente au coin de la rue des Dames » (Céline). Prostituée en carte, occasionnelle.
2La prostituée de Babylone : la Rome catholique, papiste (dans la polémique protestante).
B N. m. (v. 1930) Homme se prostituant, le plus souvent à d'autres hommes.

prostitué, prostituée nom Personne qui se livre à la prostitution. ● prostitué, prostituée (citations) nom Paul Morand Paris 1888-Paris 1976 Académie française, 1968 Les prostituées sont souvent, après les religieuses, nos meilleures patriotes. Bouddha vivant Grassetprostitué, prostituée (synonymes) nom Personne qui se livre à la prostitution.
Synonymes :
- catin (littéraire)
- cocotte (vieux)
- femme (fille) galante
- grue (populaire)
- hétaïre
- péripatéticienne
- poule (populaire)
- putain (populaire)
- pute (populaire)

prostitué, ée
n.
d1./d n. f. Femme qui se prostitue.
d2./d n. m. Par ext. Homme qui se livre à la prostitution.

⇒PROSTITUÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.
I.— Part. passé de prostituer.
II.— Adjectif
A.— 1. a) Déshonoré, dégradé par un usage indigne ou intéressé. C'est au bon sens public à distinguer sur une boutonnière la décoration donnée au mérite, d'avec celle prostituée à la médiocrité et à l'intrigue (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 301). On se soûla du sang de ses innombrables fils [de Christophe Colomb] et ce qui restait de ce sang (...) on le recueillit dans le creux des mains, dans des pelles de mineurs, dans des écopes de bateliers, dans les coupes de la débauche, dans les deux plateaux de la justice prostituée (BLOY, Journal, 1903, p. 167). V. chaste ex. 3.
b) Qui manifeste la vénalité, la complaisance, la soumission déshonorante aux volontés d'autrui. [Lamartine] s'enterre sous ses phrases et ensevelit sa gloire, son honneur peut-être, sous la facilité prostituée de son éloquence (SAND, Corresp., t. 3, 1850, p. 190). [Le conseil municipal de Paris] vous a choisi (...) vous qui avez fait taire l'odieuse clameur des louanges prostituées pour faire entendre au monde « la voix » qui dit : Malheur! la bouche qui dit : Non! (HUGO, Actes et par., 3, 1876, p. 430).
c) Rare. [P. méton. du déterminé] Qui renonce par intérêt à l'honneur, à la dignité. La recherche absolue de l'argent (...) jouit, malgré tout, d'un déshonneur si reconnu, que les âmes les plus prostituées à l'argent rougissent de s'avouer et se cachent derrière des sophismes (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1093).
2. Qui est déprécié par un usage abusif ou dévoyé. On resterait des heures à l'entendre [Michelet] battre et remuer des idées, souvent fausses, paradoxales, mais qui ne sont jamais les idées courantes et prostituées (GONCOURT, Journal, 1864, p. 27). Pour ce qui est de l'espérance et de l'amour, quels mots ont été plus prostitués? (BLOY, Journal, 1894, p. 103).
B.— [Le plus souvent en parlant d'une femme] Livré(e) à la débauche ou à la prostitution publique. La fille du Bon-Pasteur tend les bras à la fille prostituée, et lui crie :Je ne suis point venue pour appeler les justes, mais les pécheurs! (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 398). Pascal D. comparaît pour les meurtres de trois homosexuels commis en 83. En quatre jours, la cour doit peser l'horreur, et tenter de comprendre un meurtrier au passé d'enfant prostitué (Libération, 13 nov. 1986, p. 29, col. 1).
[En parlant du corps d'une femme] Il scruta cette face flétrie, ces yeux las de débauche, cette bouche au rire infâme, aux baisers ignobles, aux mots honteux. Pour cela, pour cette chair prostituée, il avait volé, frappé, menti, souffert... (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 176).
P. anal. Qui est utilisé par tout le monde. Mes meubles ne sont pas sordides. Ils avaient dû être tout récemment achetés par le précédent locataire. Sans être pour cela d'un goût meilleur, ils y gagnent de ne pas avoir cet air avachi et prostitué qu'on leur voit d'ordinaire dans les meublés (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 48).
Au fig. Que de mensongers avatars n'a-t-elle pas pris, ma petite âme prostituée, par désir d'amour, seulement; de sorte que je ne la connais plus bien, tant elle n'est souvent qu'un reflet amoureux d'autres âmes (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1891, p. 124).
III.— Substantif
A.— féminin
1. Femme aux mœurs libres, qui se livre à la débauche pour des motifs d'intérêt; p. ext., souvent en manière d'injure, femme entretenue, femme vénale. — Je vous raye de ma société... vous ne faites plus partie de ma société... fille perdue... prostituée!... vociférait monsieur, en bourrant, de coups de poing, sa serviette (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 250). V. fierté ex. 1 :
1. FRA SILVIO : — Et vous avez épousé Manente, sans amour, pour vous garder du scandale possible? Par peur du qu'en dira-t-on? et pour ne pas paraître une prostituée aux yeux du monde, vous vous êtes prostituée aux yeux de Dieu?
SALACROU, Terre ronde, 1938, II, 3, p. 209.
2. En partic. Femme qui, dans un but lucratif, livre son corps au plaisir sexuel d'un nombre indéterminé de partenaires. Synon. fille (de joie, publique), péripatéticienne (fam.), putain (pop.). Fréquenter les prostituées, s'adresser aux prostituées; quartier réservé aux prostituées; prostituée de bas-étage, prostituée en carte; prostituée occasionnelle, en boutique. Un millionnaire qui ramasse une prostituée dans la rue et la tire de la misère et de la fange (PROUST, Fugit., 1922, p. 575). Une expérience assez vaste, allant de la prostituée au grand cœur à l'accorte commerçante et à la petite gosse pas farouche (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 76). Durant les deux jours de ce congrès singulier [Congrès mondial des prostituées à Amsterdam] devrait se concocter la première charte mondiale des droits de la prostituée, base sur laquelle se lancera la première organisation internationale et réellement structurée des professionnelles de l'amour (Libération, 15 févr. 1985, p. 21, col. 2) :
2. Aussitôt qu'elle [Boule de suif] fut reconnue, des chuchotements coururent parmi les femmes honnêtes, et les mots de « prostituée », de « honte publique » furent chuchotés si haut qu'elle leva la tête.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Boule de suif, 1880, p. 123.
3. ANTIQ. Prostituée sacrée. Femme qui était consacrée au culte d'un dieu et qui avait des relations sexuelles avec certaines personnes (rois, prêtres) ou avec qui le désirait dans l'enceinte d'un temple. Il est minuit lorsque nous parvenons à Kundogole. Ce village profondément endormi m'inquiète un peu. Car je suis là pour rencontrer une devadasi, sorte de prostituée sacrée, une des dernières encore vivante en Inde (Libération, 5 sept. 1984, p. 22, col. 1). V. prostitution A 3 a ex. de Bible Suppl.
4. P. métaph. ou au fig. La fortune, cette fragile et perverse prostituée (MUSSET ds Le Temps, 1831, p. 44).
[P. réf. à l'Apocalypse XIV, 8] Babylone, la grande prostituée. La Rome païenne. Paris, de loin, a mauvaise réputation. Paris, pour la province, c'est la nouvelle Babylone, la grande prostituée des peuples (NERVAL, Nouv. et fantais., 1855, p. 162). [Salome] ne relevait plus des traditions bibliques, ne pouvait même plus être assimilée à la vivante image de Babylone, à la Royale Prostituée de l'Apocalypse (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 74).
B.— masculin
1. Vieilli. Homme vénal, débauché. Le futur régicide ne dégénérait point de sa race : double prostitué, la débauche le livrait épuisé à l'ambition (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 235).
2. En partic. Homme, adolescent se livrant à la prostitution, le plus souvent à d'autres hommes. Le cinéma, ce nouveau petit salarié de nos rêves, on peut l'acheter lui, se le procurer pour une heure ou deux, comme un prostitué (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 437). De plus en plus, on assiste, à Paris en particulier mais aussi dans certaines grandes salles [de café] de province, à une sorte de « prolétarisation » de la condition de prostitué masculin (Le Nouvel Observateur, 24 nov. 1969, p. 4, col. 2).
3. Rare. Écrivain qui met son talent au service des passions, des intérêts, qui renonce à sa liberté d'expression. Parcouru un bouquin qui éreinte tout le monde d'une façon un peu ordurière :prostitués — excepté Maeterlinck, Mauclair, et quelques autres — encore que ce soit eux aussi des prostitués. Je trouve qu'il a raison (ce titre) pour pas mal (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1905, p. 144).
Prononc. et Orth. :[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1549 prostitué part. passé de prostituer (EST.); 1611 prostituée (COTGR.); 1669 fille prostituee (WIDERHOLD Fr.-all.); 1673 une prostituée (SACY, Bible, Prov. de Salomon, V, 3 ds LITTRÉ); b) 1734 la prostituée de Babylone « nom de dénigrement donné par les protestants à Rome catholique » (VOLTAIRE, Sur les Presbytériens ds Œuvres complètes, Mélanges, I, 99, éd. Condorcet); 2. 1667 « dégradé » (MOLIÈRE, Misanthrope, I, 1); spéc. 1690 plume prostituée (FUR.). Part. passé adj. et subst. de prostituer.
STAT. — Prostituée. Fréq. abs. littér. :384 (prostitué :35). Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 398, b) 428; XXe s. : a) 763, b) 604. Bbg. RADTKE (E.). Typologie des sexuell-erotischen Vokabulars... Tübingen, 1979, p. 119, 198, 279.

2. prostitué, ée [pʀɔstitɥe] n.
ÉTYM. 1596, n. f.; de prostituer.
A N. f. || Prostituée.
1 Femme qui se livre à la prostitution, qui fait métier de son corps, en se donnant à quiconque la paie. Catin, fille, horizontale, péripatéticienne, professionnelle, putain, pute; → Femme (supra cit. 103) de mauvaise vie, fille de joie, publique, soumise, etc., fleur de macadam, marchande d'amour, asphalteuse, belle-de-nuit, etc., et (argot fam.) béguineuse, bifteck (2.), marmite, ménesse, moukère, tapin, taxi, turfeuse. || Termes d'injure désignant ou ayant désigné les prostituées. Bagasse, boucanière, garce, gaupe, goton, grue, morue, paillasse, peau, pouffiasse, poule, traînée… || Vieille prostituée (→ Bouchon, cit. 3). || Prostituée de bas étage (cit. 15). Pierreuse (et les termes d'injure ci-dessus). → aussi Hiérarchie, cit. 14. || Prostituée « de haut-vol ». Cocotte, courtisane, demi-mondaine, hétaïre, poule (de luxe)… || Prostituée qui fait la retape, le tapin, le tas, le trottoir…, qui racole. || Prostituée exerçant son métier en voiture. 1. Amazone. || Client d'une prostituée (argot : miché, micheton). || Contrôle des prostituées par la police ( Encarter).La prostituée, thème littéraire. || « Voilà bien la sirène et la prostituée… » (→ Abrutissement, cit. 1). || Les prostituées… ont dépouillé l'orgueil (→ Honte, cit. 23).
1 La prostituée est un bouc émissaire; l'homme se délivre sur elle de sa turpitude et il la renie. Qu'un statut légal la mette sous une surveillance policière ou qu'elle travaille dans la clandestinité, elle est en tout cas traitée en paria.
S. de Beauvoir, le Deuxième Sexe, t. II, VIII, p. 376.
2 Vous remarquerez qu'il y a toujours deux prostituées en attente au coin de la rue des Dames. Elles tiennent ces quelques heures épuisées qui séparent le fond du jour du petit matin. Grâce à elles la vie continue à travers les ombres. Elles font la liaison avec leur sac à main bouffi d'ordonnances, de mouchoirs pour tout faire et les photos d'enfants à la campagne.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 317.
Antiq. || Prostituées sacrées (→ Orgiastique, cit.).
2 (1764, Voltaire). Par métaphore, fig. || Babylone, la grande prostituée : la Rome païenne. || La prostituée de Babylone : la Rome catholique, papiste (dans la polémique protestante).
3 La guerre est la prostituée;
Elle est la concubine infâme du hasard.
Hugo, l'Année terrible, Juil. 1871, III.
B (V. 1930). N. m. || Prostitué : homme se prostituant, le plus souvent à d'autres hommes.
4 Le désir ne fait pas acception d'objet. Lorsqu'un prostitué regardait Abou Nowas, Abou Nowas lisait dans son regard non le désir de l'argent, mais le désir tout court et il en était ému.
R. Barthes, Roland Barthes, p. 127.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • prostitué — prostitué, ée, (pro sti tu é, ée) part. passé de prostituer. 1°   Livré à l impudicité. Une femme prostituée.    Substantivement. Une prostituée, une femme de mauvaises moeurs. •   Les lèvres de la prostituée sont comme le rayon d où coule le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • prostitué — Prostitué, [prostitu]ée. part. Il a les significations de son verbe. On dit d Une femme ou d une fille abandonnée à l impudicité, que C est une prostituée, & alors ce mot devient substantif. On dit d Un homme devoüé aux volontez des Favoris, que… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Prostitué — Prostitution Sexologie et sexualité Sexualité Sexualité humaine Amour Libido …   Wikipédia en Français

  • prostitue — …   Useful english dictionary

  • prostituée — ● prostitué, prostituée nom Personne qui se livre à la prostitution. ● prostitué, prostituée (citations) nom Paul Morand Paris 1888 Paris 1976 Académie française, 1968 Les prostituées sont souvent, après les religieuses, nos meilleures patriotes …   Encyclopédie Universelle

  • pute — «Prostitué(e)» en argot, du latin «putidus»: qui sent mauvais, puant, infect, corrompu... Dès le XII°siècle le terme est à la source d’innombrables déclinaisons, de putain à patine, de putage à putaniser, toutes destinées à avilir et exclure la… …   Dictionnaire de Sexologie

  • Prostitution masculine dans l'art — Le prostitué ou hustler[1] est un stéréotype fréquemment rencontré dans la littérature ou les films occidentaux à partir des années 60 et, plus particulièrement, lors de sujets traitant d homosexualité. Ils peuvent alors être considérés comme des …   Wikipédia en Français

  • Prostitution masculine — Deux hommes prostitués, dits gigolos, au travail , sur la place de la Vieille Ville, à Prague, en République tchèque. La prostitution masculine est l offre rémunérée de services d ordre sexuel par un homme (gigolo, Hustler (mot anglais passé dans …   Wikipédia en Français

  • prostituer — [ prɔstitɥe ] v. tr. <conjug. : 1> • 1361 « avilir »; lat. prostituere « exposer en public », de pro « en avant » et statuere « placer » 1 ♦ Littér. Déshonorer; avilir. ⇒ 1. dégrader. Prostituer son talent, sa plume, l abaisser à des… …   Encyclopédie Universelle

  • PROSTITUER — v. a. Livrer à l impudicité d autrui. Il se dit D une personne qui, par autorité ou par persuasion, oblige ou engage une femme ou une fille à s abandonner à l impudicité. Elle a prostitué elle même sa fille. Elle l a prostituée pour de l argent à …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)